Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

Message par geoff78 le 4/12/2011, 02:28

Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

Trois concepteurs russes du site nucléaire iranien meurent dans un accident d’avion.


Trois des scientifiques russes qui ont bâti Bushehr

Les trois scientifiques russes qui ont dessiné les plans, conçu, bâti et mis en marche le premier réacteur nucléaire d’Iran, à Bushehr, cette année, sont mort, mardi 20 juin dans la nuit, lorsqu’un vol de Rusaero, se rendant de Moscou à Petrozavodsk, dans le nord-ouest de la Russie, s’est écrasé.

Les sources de Debkafile révèlent qu’ils se trouvaient parmi les 44 passagers qui ont été tués.

Leur perte est un revers grave pour l’industrie des réacteurs atomiques russe, autant que pour son programme nucléaire dans sa totalité, puisque les trois, Sergeï Ryzhov, Gennady Banuyk et Nikolaï Trunov, spécialisés, étaient de grands spécialistes des installations fonctionnelles et, simultanément des divers systèmes de synchronisation.

La société russe OKB Gidropress, à Moscou, qui les employait comme chefs de la planification des chantiers nucléaires, est fière d’avoir vendu des réacteurs à 5 pays, dont l’Iran.

Les autorités ont ordonné une enquête pour comprendre pourquoi ces trois scientifiques nucléaires majeurs se trouvaient ensemble à bord du même avion de ligne, en violation des règles de sécurité russes qui interdisent à plus d’un politicien, personnalité militaire ou opérateur d’une industrie sensible de haut rang de monter dans le même vol.

L’enquête doit aussi porter sur les causes du crash du TU-134 – bien qu’il ait un taux d’accidents notoirement élevé et qu’il n’aurait pas dû être utilisé par les trois scientifiques. Les huit passagers qui ont survécu, et se trouvent en situation critique, devraient être interrogés pour comprendre ce qui a bien pu se passer à bord de l’avion avant qu’il n s’écrase.

La première hypothèse est que ce désastre s’est produit, suite à une erreur humaine. Les trois pilotes ont manqué le couloir aérien permettant d’atterrir à Petrzavodsk, l’aéroport de Nikolaï Trunov, à cuse d’un épais brouillard. L’avion pris feu près d’une autoroute.

C’est le pire désastre aérien russe depuis le 10 avril 2010, lorsqu’un avion transportant le président polonais, sa femme et beaucoup d’autres dignitaires polonais se sont écrasés dans des circonstances similaires, près de la ville de Smolensk, tuant 97 personnes.

Nos sources rapportent que l’Iran a choisi d’acheter son premier réacteur à OKB Gidropress parce que cette firme russe s’affiche elle-même comme regroupant des concepteurs, constructeurs, planificateurs et opérateurs de sites nucléaires, spécialisés dans leur adaptation à des systèmes nucléaires préexistants. Pour Téhéran, cette capacité était absolument cruciale, puisque Bushehr est composé de systèmes mis au point dans différents pays, particulièrement en Allemagne, et l’Iran avait grand besoin d’experts pour les synchroniser en un site fonctionnant en douceur.

Les sources du renseignement de Debkafile citent des responsables du renseignement iranien et occidental offrant l’opinion que le réacteur de Bushehr combine des composants qui l’ont vulnérable à l’invasion de ses systèmes de contrôle par le ver Stuxnet, il y a deux ans. Les trois scientifiques russes ont passé février et mars 2011 à Bushehr, à la suite de la demande insistante de la Commission russe à l’énergie atomique que les barres de combustible soient retirés jusqu’à ce qu’on soit sûrs que le site n’explose pas. Les barres ont, depuis, été rechargées et le réacteur a été remis en marche le mois dernier.

Mercredi 22 juin, le site internet de la société OKB Gidropress affichait un liseré noir de deuil, pleurant la mort de Sergueï Ryzhov, 52 ans, Directeur Général de la conception à OKB Gidropress, Gennady Banuyk, 65 ans, Directeur-adjoint et concepteur en chef, et de Nikolaï Trunov, 52 ans, concepteur en chef et directeur de Division.


Source : http://www.debka.com/article/21053/




Mort de deux scientifiques Iraniens dans un attentat.



Massoud Ali Mohammadi



Majid Shahriari

Et oui, ce sont deux scientifiques iraniens morts en martyr, Majid Shahriari et Massoud Ali-Mohammadi, assassinés, par le régime israélien et des éléments liés à l’Arrogance mondiale.



Suite et source : http://www.tebyan.net/News/ShortNews/Iran/2011/1/24/153253.html




Ardeshir Hassanpour assassiné par le Mossad ?



Le service de renseignement américain a dévoilé que cette semaine Ardeshir Hassanpour , un physicien en nucléaire Iranien , a été assassiné par le mossad .

L Iran a officiellement reconnu sa mort le 21 janvier , soit 6 jours après sa mort , et la cause officiel est du par un empoisonnement au gaz , mais ils n ont pas précisé le lieu de l incident .
Hassanpour a reçu par le passé 2 fois le prix du meilleur scientiste de l année .


Source : http://www.informationclearinghouse.info/article16261.htm




Fereydoun Abbassi Davani nouveau chef du programme nucléaire Iranien et visé par un attentat.



L'Iran a nommé le scientifique nucléaire Fereydoun Abbassi Davani, qui a survécu à un attentat à la bombe en novembre, nouveau chef du programme nucléaire du pays, a annoncé dimanche la télévision d'Etat sur son site internet.

M. Abbassi succède à Ali Akbar Salehi, devenu le chef de la diplomatie iranienne.

La nomination de M. Abbassi Davani a été décidée sur ordre du président Mahmoud Ahmadinejad, selon le site de la télévision d'Etat.

Le programme nucléaire iranien, qui était dirigé depuis juillet 2009 par M. Salehi, est au coeur du conflit entre l'Iran et la communauté internationale.

Fin novembre, M. Davani et un autre expert nucléaire, Majid Shahriari, jouant tous deux un rôle important dans le programme nucléaire iranien controversé, avaient été visés par des attentats.

M. Shahriari avait été tué par l'explosion d'une bombe placée contre sa voiture et M. Davani blessé dans une attaque similaire.


Source : http://www.tdg.ch/depeches/monde/iran-fereydoun-abbassi-davani-nouveau-chef-programme-nucleaire




L' Iran renforcera la protection de ses scientifiques nucléaires (officiel).

Le chef de l' Organisation iranienne de l' énergie atomique (OIEA), Ali-Akbar Saleki, a annoncé jeudi que l' Iran prendra davantage de mesures pour protéger ses scientifiques nucléaires, a rapporté l' agence de presse semi-officielle ISNA.

"Depuis l' année dernière, nous avons adopté avec sérieux des mesures pour protéger nos scientifiques et spécialistes (nucléaires), et selon les décisions prises récemment, ils seront encore plus protégés", a indiqué M. Salehi à ISNA.

"Il est de notre devoir d' utiliser toutes les mesures de protection possible (pour garantir leur sécurité)", a-t-il expliqué.

Dans deux attentats terroristes séparés lundi dans le nord de Téhéran, le scientifique iranien Majid Shahriari a été tué et Fereidoon Abbasi blessé alors qu' ils se rendaient au travail.

Le 12 janvier, Massoud Ali-Mohammadi, physicien de l' université de Téhéran, a été tué devant sa maison par l' explosion d' une bombe.

"L' ennemi a compris que l' activité nucléaire iranienne avance et est devenue un symbole de la puissance de la nation iranienne ; c' est pourquoi il tente de priver la nation de son pouvoir et de son honneur, mais il commet une grave erreur", a-t-il déclaré.

Ils ne peuvent pas obliger les Iraniens à abandonner leur décision, a-t-il ajouté.

Les officiels iraniens accusent l'Occident et Israël de tentatives d' assassinats contre les scientifiques nucléaires iraniens.

Les puissances occidentales pensent que l' Iran cherche à fabriquer des armes nucléaires sous couvert d' un programme civil.


Source : http://french.peopledaily.com.cn/International/7220115.html




Des disparitions d’ingénieurs liés au nucléaire iranien.

Des disparitions d’ingénieurs liés au nucléaire iranien, des cerveaux utiles à la création de la bombe qui sont fusillé en pleine rue de Téhéran, un spécialiste anti-stuxnet mort dans une explosion de son véhicule en Iran et à présent, cinq scientifiques russes qui ont aidé à la conception de l’usine nucléaire de Bushehr qui viennent de mourir dans le crash de leur avion.

Leur Tupolev-134 s’est brisé et a pris feu lors d’un atterrissage d’urgence en dehors de la ville du nord de Petrozavodsk. Une enquête préliminaire a écarté la possibilité d’une défaillance technique.


Source : http://jssnews.com/2011/06/23/coup-du-mossad-5-ingenieurs-russes-de-la-bombe-iranienne-secrasent-en-avion/




Le scientifique Iranien assassiné le 23 juillet 2011 travaillait sur un détonateur de bombe nucléaire.


Le scientifique nucléaire iranien Daryush Rezaee-Nejad

Daryush Rezaee-Nejad, 35 ans, qui a été tué samedi 23 juillet, lorsque deux motocyclistes lui ont tire dessus à la tête et à la gorge, devant son domicile à Téhéran, était une étoile montante de la nouvelle génération de scientifiques nucléaires iraniens. Les sources iraniennes de Debkafile dévoilent qu’il était attaché à l’une des équipes les plus secrètes du programme nucléaire iranien, employé par le Ministère de la défense, pour construire des détonateurs de bombes nucléaires et des ogives déjà parvenues à un stade avancé de développement.



C’était un nouvel épisode dans une série d’attaques mystérieuses, depuis l’an dernier, contre les scientifiques de haut-vol impliqués dans le programme nucléaire.



Nos sources révèlent que bien qu’il puisse parfaitement convenir à la description des media iraniens « d’un étudiant d’une université en master d’électricité à l’Université Khajeh-Nasser, un des instituts d’ingénierie hydraulique et d’ingénierie structurale du Ministère de la défense », cette description s’applique à une partie seulement de son travail.



On pouvait également le trouver quotidiennement dans l’un des laboratoires nucléaires et militaires top secret de Parchine, au Nord-Est de Téhéran, là où est conduite la majorité du travail sur les composants de la bombe nucléaire et les ogives opérationnelles.



Son emploi à double-application contribuait, pour Téhéran, à maintenir ces activités sous couverture. Cela explique également les compte-rendu conflictuels des media iraniens à propos du rôle exact de Razaee-Nedjad.



Initialement, on l’a décrit comme “un scientifique nucléaire travaillant à l’Organisation pour l’énergie nucléaire iranienne”. C’était samedi, peu de temps après son décès. Dimanche, le récit a changé et on l’a désigné comme « un étudiant en Master d’électronique ». Cependant, l’agnce de presse iranienne Fars, seule, a suggéré que : « les media avaient fait une erreur, en rapportant la spécialité de Rezaee-Nedjad », en continuant à insister sur le fait qu’il était lié avec le Ministère de la Défense.



Démentant, plus tard, l’hypothèse qu’il n’était qu’un étudiant, le porte-parole du Parlement d’Iran, Ali Larijani a publié, dimanche, une diatribe enrage contre “l’acte terroriste américano-sioniste” contre l’un des scientifiques de son pays, comme représentant un nouveau signe de “l’animosité américaine”. Il a déclaré : « l’Amérique devrait envisager avec soin les conséquences de telles actions », et a exhorté les sources de sécurité iranienne « de répliquer de manière forte à ces gestes inspirés par le mal ».



Les sources du renseignement de Debkafile rapportent que Téhéran semble être entré en grande confusion, concernant la description de la fonction du scientifique tué, après avoir réalisé que le fait de dévoiler son lien avec le programme nucléaire trahissait à quel point les équipes scientifiques employées à l’enrichissement d’uranium – et même le personnel scientifique directement impliqué dans la fabrication d’une bombe nucléaire – avaient été pénétrées. Les experts des médias iraniens ont travaillé énergiquement pour tenter de défaire ce dommage en retouchant cette description, pour une raison supplémentaire : il était nécessaire de rassurer les scientifiques employés à des travaux nucléaires et leurs familles sur le fait qu’ils ne courraient aucun danger, de crainte qu’ils ne prennent peur et s’enfuient pour protéger leurs vies.


De plus, pas plus les expert que le public n’ont oublié qu’il n’y a même pas neuf mois, le 27 novembre 2010, deux autres lumières dirigeant le programme nucléaire iranien avaient été prises pour cible, par le même procédé, au beau milieu de Téhéran : le Professeur Fereydoon Abbassi, que Debkafile avait identifié, à l’époque, comme le Directeur du site des centrifugeuses d’enrichissement de l’uranium de Natanz et le Dr Majid Shariari, que nos sources révélaient comme chargé de la cyber-guerre contre le virus Stuxnet, attaquant cette même installation.


Source : http://www.debka.com/article/21146/ et http://lessakele.over-blog.fr/article-le-scientifique-iranien-assassine-travaillait-sur-un-detonateur-de-bombe-nucleaire-80191002.html

Version pdf de l'article : http://www.desinfos.net/spip/IMG/article_PDF/article_26430.pdf
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

Message par geoff78 le 4/12/2011, 03:14

Un général du nucléaire iranien tué dans une mystérieuse explosion.

Accident ou sabotage | Les circonstances de la déflagration sur la base des Gardiens de la révolution en banlieue de Téhéran sont troublantes



La violente explosion qui a fait au moins 17 morts et autant de blessés, samedi, sur la base militaire Modarres à Bidganeh, au sud-ouest de Téhéran, a coûté la vie à un général des pasdarans, qui est à l’origine du programme iranien de missiles balistiques. Cette «mystérieuse» explosion dans une caserne des Gardiens de la révolution survient quelques jours à peine après la sortie du rapport de l’Agence internationale de l’énergie nucléaire, qui affirme désormais noir sur blanc que Téhéran développe l’arme nucléaire. Autre coïncidence étrange, la présence du général de division Hasan Moghaddam sur les lieux.



Sur le site conservateur iranien rajanews.com, Saeed Qasemi, un officier des pasdarans, évoque ce général «martyr» à qui «l’Iran doit les progrès de sa capacité balistique». Il ajoute qu’il faisait partie des «protégés» de l’ayatollah Ali Khamenei qui a retiré récemment le programme nucléaire des mains du président Ahmadinejad pour le confier aux Gardiens de la révolution. Les Moudjahidins du peuple, opposants au régime de Téhéran, le décrivent comme «le plus haut responsable des forces balistiques, entraîné en Chine et en Corée du Nord». Il supervisait selon eux «le déplacement de missiles sur un autre site, sur ordre de l’ayatollah Khamenei, suite au rapport de l’AIEA».

Pour les autorités iraniennes, l’explosion de samedi s’est produite accidentellement lors de manipulations de munitions dans un dépôt. Avant toute enquête, le député iranien Parviz Soroori écartait lui l’hypothèse d’un «sabotage». Pourtant, ce ne serait pas la première fois. En octobre de l’an dernier, une triple explosion survenait sur une autre base des pasdarans, située près de Khorramabad, dans l’ouest du pays, causant la mort de 18 personnes. Les autorités avaient alors parlé d’un incendie dans un dépôt de munitions proche.

La possibilité d’une action du Mossad, le service de renseignement israélien, avait alors été largement avancée par la presse internationale. Car Israël mène depuis quelques mois une guerre de l’ombre, qui frappe le nucléaire iranien: mort ou disparition de scientifiques, défaillances techniques, virus informatique Studnex semant le désordre… Le site touché samedi serait, selon les militaires israéliens, une base détenant des missiles Shihab 2 et un centre de développement de la nouvelle fusée Shihab 4. Selon une source israélienne appartenant aux milieux militaires et politiques de l’Etat hébreu, citée anonymement par Eurasia Review, le Mossad, en collaboration avec l’organisation d’opposition des Moudjahidins du peuple, aurait commis ce sabotage. Le porte-parole des Moudjahidins du peuple, joint hier par téléphone à Paris, dément toute implication de son organisation. Une source diplomatique à Genève relève qu’un conseil d’urgence de la révolution s’est réuni à Téhéran suite à l’explosion. Pour un simple accident dans un dépôt de munitions?


Source : http://www.tdg.ch/general-nucleaire-iranien-tue-mysterieuse-explosion-2011-11-14




Le Mossad soupçonné du meurtre du scientifique Darius Rezainejad.


Les funérailles du physicien nucléaire iranien Darius Rezainejad, le 24 juillet à Téhéran.

L'assassinat d'un physicien nucléaire à Téhéran aurait été dirigé par Tamir Pardo, selon le «Spiegel».

Le Mossad serait responsable de l'assassinat du physicien nucléaire iranien Darius Rezainejad, abattu le 23 juillet dernier de cinq balles par deux hommes à moto dans une rue de Téhéran. Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, qui cite une source proche des services de renseignements israéliens, cette action serait la première opération dirigée par le nouveau chef du Mossad, Tamir Pardo, et ferait partie d'un plan visant à saboter par tous les moyens le programme nucléaire iranien.

Il est curieux que le Mossad revendique aussi clairement un assassinat, l'une des règles de la guerre de l'ombre étant de ne jamais démentir, ni revendiquer quelque action que ce soit. Mais il est en revanche tout à fait plausible que cette mort ne soit pas totalement fortuite. Les autorités iraniennes avaient accusé, la semaine dernière, Israël et les États-Unis d'être responsables de l'attentat. Ali Larijani, le président du Parlement iranien, l'avait qualifié d'«acte terroriste américano-sioniste».

La mort du scientifique avait donné lieu à des déclarations confuses: les médias iraniens avaient d'abord présenté la victime comme étant un spécialiste de physique nucléaire travaillant pour l'Organisation de l'énergie atomique iranienne et le ministère de la Défense. Puis les autorités avaient imposé une nouvelle version, décrivant le scientifique comme un simple étudiant en maîtrise d'électricité. Il n'en reste pas moins que cet assassinat n'est pas le premier, et que le métier de scientifique nucléaire en Iran est devenu dangereux.

En novembre dernier, un autre ingénieur spécialiste du nucléaire, Majid Shahriar, avait été tué par une bombe placée contre sa voiture par des inconnus à moto dans une rue de Téhéran. Un attentat simultané avait blessé un autre scientifique nucléaire de haut niveau, Fereidoun Abbasi. En janvier 2010, Massoud Ali Mohammedi, autre expert en physique nucléaire, avait été tué par l'explosion d'une moto piégée.

Les spécialistes du renseignement considèrent que ces meurtres en série sont trop nombreux pour ne pas être un tant soit peu coordonnés. Sur fond de mystérieux virus informatiques qui ont infecté l'an dernier les ordinateurs contrôlant les centres nucléaires iraniens, ces morts brutales visent des scientifiques directement liés à la recherche nucléaire en Iran. Les services secrets israéliens ont déjà, par le passé, eu recours à l'assassinat quand les intérêts vitaux de leur pays étaient menacés, et Israël considère le programme nucléaire iranien comme un danger majeur. Tamir Pardo, le nouveau chef du Mossad, a succédé au début de l'année à Meir Dagan, qui était considéré comme l'un des principaux responsables des actions clandestines contre le programme iranien.

Des organisations clandestines comme le groupe sunnite Joundallah, basé au Balouchistan iranien, ont déjà commis des attentats visant des installations militaires iraniennes, et ont souvent été accusées par Téhéran de coopérer avec des services secrets étrangers.


Source : http://www.lefigaro.fr/international/2011/08/02/01003-20110802ARTFIG00522-iran-le-mossad-soupconne-du-meurtre-d-un-scientifique.php
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

Message par geoff78 le 11/1/2012, 20:22

Iran: un responsable d'un site nucléaire tué, Téhéran accuse Israël



Un responsable du site nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran, a été tué mercredi dans l'explosion d'une voiture près d'une faculté à Téhéran, les autorités iraniennes accusant Israël de cet attentat.

Cette attaque, la troisième à viser un scientifique travaillant sur des sites nucléaires depuis 2010, survient en pleine crise entre les grandes puissances et l'Iran au sujet de son programme nucléaire controversé.

Mostafa Ahmadi Roshan a été tué lors de l'explosion d'une bombe magnétique placée sur la voiture à bord de laquelle il se trouvait, alors que le véhicule circulait près de l'université Allameh Tabatabai, dans l'est de Téhéran.

"Ce matin, un motard a collé une bombe à une Peugeot 405 qui a ensuite explosé", a déclaré le vice-gouverneur de la province de Téhéran, Safar Ali Baratloo, cité par l'agence Ilna.

M. Ahmadi Roshan a été tué et deux passagers du véhicule, dont son garde du corps, ont été blessés et transportés dans un hôpital, selon ce responsable.

Agé de 32 ans, "l'ingénieur Mostafa Ahmadi Roshan, qui a obtenu il y a neuf ans une licence en chimie à l'université Sharif, était le vice-directeur pour les affaires commerciales du site de Natanz", a rapporté l'agence de presse Mehr.

Selon l'agence Fars, citant un collègue, il travaillait par ailleurs sur un projet de membranes polymères utilisées pour la séparation de gaz.

Safar-Ali Baratloo a aussitôt accusé Israël d'être derrière l'attentat.

"Israël est responsable de cet attentat, la méthode ressemble à celle utilisée dans les (autres) attentats contre les scientifiques nucléaires iraniens", a déclaré M. Baratloo, cité par la télévision iranienne en langue arabe Al-Alam.

Au parlement, les députés ont crié "mort à Israël" et "mort à l'Amérique" après l'annonce de l'attentat.

Natanz est le principal site d'enrichissement d'uranium du pays et compte plus de 8.000 centrifugeuses.

L'Iran a démarré cette semaine une autre usine d'enrichissement, celle de Fordo, située à 150 km au sud-ouest de Téhéran pour y faire de l'enrichissement à 20%.

Cette annonce a été condamnée par les pays occidentaux, qui craignent que le programme nucléaire civil de Téhéran ne cache un volet militaire, ce que dément l'intéressé. Ils cherchent à renforcer les sanctions économiques contre l'Iran pour l'obliger à arrêter son enrichissement.

Les pays européens, notamment, envisagent d'imposer des sanctions pour arrêter les achats de pétrole afin de faire pression contre Téhéran.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé mardi l'Iran à "cesser immédiatement l'enrichissement d'uranium" et estimé qu'aucune raison "crédible" ne justifiait la production d'uranium enrichi sur le site de Fordo.

La Chine, alliée de l'Iran, a souhaité mercredi que l'Iran coopère avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur le site de Fordo, alors qu'un responsable américain est venu demander à Pékin d'exercer des pressions sur Téhéran.

Trois autres scientifiques iraniens ont été tués par l'explosion de bombes depuis janvier 2010, dont deux travaillaient pour le programme nucléaire.

Massoud Ali Mohammadi, physicien nucléaire internationalement reconnu, avait été assassiné en janvier 2010, et Majid Shahriari, un scientifique nucléaire, en novembre 2010. Un autre scientifique, Dariush Rezainejad, avait été tué en juillet 2011.

L'actuel chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Fereydoun Abbassi, avait échappé à un attentat similaire en 2010.

Les dirigeants iraniens accusent généralement Israël et les Etats-Unis d'être responsables de tels attentats. Ils leur avaient également imputé la responsabilité d'une attaque informatique par le virus Stuxnet qui semble avoir perturbé les activités d'enrichissement à l'automne 2010.

Téhéran est sous le coup de six condamnations du Conseil de sécurité de l'ONU et de sévères sanctions internationales en raison de son programme nucléaire.


Sources : http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120111.AFP4141/iran-un-responsable-d-un-site-nucleaire-tue-teheran-accuse-israel.html et http://www.tendanceouest.com/national-8058-iran-responsable-un-site.html
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier nécrologique des scientifiques nucléaires Iraniens principalement.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum