Topic sur les caprices de la météo en 2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Topic sur les caprices de la météo en 2011

Message par geoff78 le 17/6/2011, 16:47

Topic sur les caprices de la météo en 2011


50°C en Iran et au Koweit : chaleur record !



Depuis plusieurs jours, le Koweit et le sud-ouest de l'Iran sont confrontés à une vague de chaleur sans précédent pour cette période de l'année.

Jusqu'à 50°C... à l'ombre !



Plusieurs stations ont en effet relevé des températures extrêmement élevées... Voici dans l'ordre les températures maximales mesurées mercredi après-midi :

51°C à Mitribah (Koweit)
50°C à Abdaly (Koweit), Jahra (Koweit) et Abadan (Iran)

49°C à Koweit city, Omidieh (Iran) et Ahwaz (Iran)
48°C à Bassorah (Irak)

Ces valeurs de températures établissent de nouveaux records de chaleur pour une fin mai dans cette partie du monde.

Ces températures sont celles mesurées à l'ombre... En plein soleil, le "ressenti" est plus proche de 60 à 70°C... Autant dire des conditions météo extrêmes mais ces régions sont "relativement" habituées à de telles températures maximales. A Abadan (Iran) ou bien Koweit city, la moyenne des températures maximales est de 44°C en plein été en milieu d'après-midi...

Concernant les records "absolus" de chaleurs pour les villes citées, ils se produisent fréquemment fin juin avec respectivement 52,6°C à Abdaly (Koweit), 52°C à Bassorah (Irak) ainsi qu'à Ahwaz (Iran).

Cette très forte chaleur qui s'est abattue sur cette partie du monde s'explique par la levée de vents issus du désert d'Arabie Saoudite. Cet air rendu brûlant en raison d'un sol surchauffé lié au soleil qui atteint son zénith en cette période de l'année sur cette région a donc gagné le Koweit et le sud de l'Iran, d'où les 50°C que l'on a enregistré mercredi dernier.

Il faut se rappeler que le record absolu de chaleur est de 57,8°C à El Aziza en Libye enregistré le 13 septembre 1922.


Source : http://actualite.meteoconsult.fr/actualite/meteo/50-c-en-iran-et-au-koweit---chaleur-record--_12417_2011-06-02.php




Les feux en Russie sont trois fois plus importants que l'année dernière

Les feux en Russie ont détruit depuis le début de l'année presque trois fois plus de forêts et de cultures que l'année passée, à l'époque où le pays a vécu sa pire sécheresse en un demi-siècle, a déclaré le gouvernement.

Les feux ont ravagé presque 635.568 hectares de terre depuis le 1e janvier contre environ 216.374 hectares à la même période l'année dernière, a dit aujourd'hui le ministère des urgences sur son site. Environ 44.641 hectares de forêt principalement, y compris trois incendies dans des zones protégées, brûlent toujours.

L'année dernière, les feux, sous forme surtout de tourbières qui se consument, ont dévasté une zone de trois fois la taille du Luxembourg, tué plus de 50 personnes et brûlé des centaines de maisons particulières.

Source : http://www.bloomberg.com/news/2011-06-08/russia-s-wildfire-damage-is-triple-last-year-s-ministry-says.html




Russie: les incendies de forêt se propagent



La superficie totale des incendies naturels en Russie a atteint 752.500 hectares, soit 3,3 fois plus qu'à la même date il y a un an, rapporte dimanche le ministère russe des Situations d'urgence.

"Au total, 12.100 incendies naturels sur une superficie totale de 752.500 hectares ont été enregistrés en Russie depuis le début de la période à risque", lit-on dans un communiqué diffusé par le ministère russe.

L'été et l'automne derniers, les feux de forêt et de tourbières provoqués par une canicule sans précédent se sont propagés sur des milliers d'hectares en Russie, faisant 62 morts et des milliers de sans-abri. Près de 200 localités dans 19 régions du pays ont été touchées par le sinistre, alors que 3.200 habitations ont brûlé. Le montant du préjudice causé par les incendies a atteint plus de 12 milliards de roubles (300 millions d'euros).

Certains médias russes estiment que le risque d'une situation similaire à celle de 2010 reste très élevé dans le pays, les régions russes ayant échoué à prendre des mesures préventives contre les incendies de forêt.

Source : http://fr.rian.ru/politique/20110612/189820106.html




USA, le gigantesque incendie de forêt qui ravage l’Arizona atteint l’État du Nouveau-Mexique.



Aux États-Unis, le gigantesque incendie de forêt qui ravage l’Arizona depuis la fin mai a atteint l’État du Nouveau-Mexique.

Le flanc est du deuxième incendie en importance de l’histoire de l’Arizona, surnommé le «Wallow Fire», a en effet atteint l’État voisin lors des dernières heures. Par ailleurs, les autorités du Nouveau-Mexique ont aussi dû commencer à évacuer des centaines de visiteurs du Carlsbad Caverns National Park, dans le sud de l’État, alors qu’un autre incendie ravage ce parc.

Pour le moment, le «Wallow Fire» est contenu à environ 10%, mais les responsables des opérations estiment que 15% du brasier pourrait être contenu lors de la journée de mardi, en raison de l’accalmie des vents.

Par ailleurs, les procédures visant à permettre aux résidents de Greer, une municipalité gravement touchée par le passage de l’incendie, de retourner dans la ville sont en cours. Les résidents des villes de Springerville, Eagar et South Fork ont déjà commencé à réintégrer les lieux, puisque les ordres d’évacuation ont été levés la fin de semaine dernière.

Source : http://naturealerte.blogspot.com/2011/06/14062011usa-le-gigantesque-incendie-de.html
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic sur les caprices de la météo en 2011

Message par geoff78 le 17/6/2011, 16:50

La sécheresse menacerait le bon fonctionnement des centrales nucléaires françaises.

Selon l'Observatoire du nucléaire, le faible débit des rivières menace le bon fonctionnement des centrales nucléaires.

Geoff78, carte des arrêtés préfectoraux, restrictions d'eau : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/11005_carte_limitation_eau_16_05.pdf

Commission de suivi hydrologique, point sur la situation de l’eau en France : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/02_-_dossier_presse-2.pdf

Bulletin national de situation hydrologique du 16 mai 2011 : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/05_-_bulletin_hydro-2.pdf



Si la sécheresse persiste, 44 des 58 réacteurs nucléaires français en bord de rivières risquent de devoir être arrêtés, avec un risque de black out électrique, estime l'Observatoire du nucléaire dans une analyse publiée le 12 mai.

Dossier pdf du 12 mai : http://observ.nucleaire.free.fr/DOSSIER-SECHERESSE-BLACK-OUT-NUCLEAIRE-ETE-2011.pdf

En région Centre, si les quatre centrales ligériennes stoppaient leur activité, ce serait 20% de la puissance électrique française qu'il faudrait trouver ailleurs.

Certes, sur la Loire, les barrages de Villerest et de Naussac sont en mesure de procéder à des "lâchures" pour faire remonter le débit du fleuve et assurer le bon fonctionnement des centrales de Belleville, Dampierre, Saint Laurent des eaux et Chinon. Mais leurs réserves cumulées de plusieurs dizaines de millions de m3 ne sont pas infinies.

Toujours selon l'Observatoire du nucléaire (organisme de veille nucléaire indépendant) " un accident nucléaire grave est aussi possible : même arrêté, un réacteur doit être refroidi et une fusion de coeur peut se produire si le débit d'une rivière est trop bas pour assurer ce refroidissement minimal ".

Les pouvoirs publics, eux, se veulent rassurants.
Si effectivement il est possible que des baisses de production d'électricité se produisent en cas de sécheresse persistante, le scénario d'un niveau de la Loire si bas qu'il mettrait la sécurité des centrales en question est "un scénario hautement improbable".

Source : http://centre.france3.fr/info/la-secheresse-menace-d-un-black-out-electrique-68747632.html




La sécheresse menace le bon fonctionnement du nucléaire français


La sécheresse menace actuellement en France qui pourrait connaitre une situation critique s'il ne pleut pas d'ici peu de temps. Mais, au-delà de l'agriculture, un autre secteur pourrait être touché par cette menace, celui du nucléaire. En effet, 44 des 58 réacteurs français sont situés en bord de rivières et leur fonctionnement pourrait être stoppé en cas de sécheresse importante.

Alors que 26 départements français ont déjà pris des mesures de restriction d'eau, un secteur risque de souffrir de la situation hydrique défaillante que pourrait connaitre la France s'il ne pleut pas beaucoup et vite. En effet, pour assurer le refroidissement de leurs réacteurs, certaines centrales nucléaires puisent de l'eau dans les cours d'eau riverains de leurs installations. Or, les normes de débit minimal mises en place, obligent EDF à surveiller de près les évolutions du débit des fleuves de l'Hexagone. Et, avec la sécheresse qui menace, ces débits s'affaiblissent. Pourrait alors se poser le problème de l'approvisionnement en électricité des certains foyers.

Dans un article publié ce matin, le Monde donne l'exemple de la Loire qui "arrose" quatre centrales. "Lorsque le débit descend sous 60 mètres cubes par seconde, par exemple en cas de forte chaleur, les quatre centrales, qui puisent à plein régime entre 3 et 10 mètres cubes par seconde, doivent par exemple se coordonner pour maintenir un niveau d’eau suffisant sur le fleuve", explique le quotidien. Mais, ce qui vaut pour les quatre centrales qui bordent la Loire est valable pour d'autres réacteurs, 22 en tout.

Les rejets en question

Par ailleurs, les centrales doivent également satisfaire à certaines normes concernant leurs rejets. Ainsi, lorsqu'elles rejettent de l'eau dans les rivières, les centrales doivent s'assurer que la température de l'eau du cours d'eau n'excède pas les 28°C. Si une telle température est atteinte, une réduction, voire l'arrêt des réacteurs est recommandé. Pourrait alors se poser le problème de l'approvisionnement en électricité des certains foyers.

Enfin, la question de la dilution des éléments radioactifs se pose également, cette dilution étant assurée par un certain débit, en l'absence d'un débit suffisant, cette radioactivité demeure, défiant alors les normes environnementales en vigueur.

Danger ou pas?

Reste à savoir si ce risque de sécheresse représente un réel danger pour les centrales françaises. Oui, pour Stéphane Lhomme, président de l'Observatoire du nucléaire, qui explique au Monde que "même arrêté, un réacteur doit être refroidi et une fusion de coeur peut se produire si le débit d’une rivière est trop bas pour assurer ce refroidissement minimal". Ces craintes ont été immédiatement démenties par Martial Jorel directeur de la sûreté des réacteurs à l'IRSN qui rappelle dans les colonnes du quotidien qu'il "faut 15 m3 d’eau par heure pour refroidir au minimum le cœur, ce qui est peu. Même en cas de canicule, le refroidissement pourra donc toujours assuré au minimum par des échangeurs de chaleur ou des générateurs de vapeur. Et dans des situations extrêmes, on est capables d’acheminer de l’eau par d’autres moyens".


Source : http://www.enviro2b.com/2011/05/16/la-secheresse-menace-le-bon-fonctionnement-du-nucleaire-francais/


A lire :

Non, la France n'a absolument pas "l'électricité la moins chère d'Europe" : http://observ.nucleaire.free.fr/prix-elec-france.htm

Les énergies renouvelables produisent beaucoup plus que le nucléaire : http://observ.nucleaire.free.fr/renouv-plus-que-nucleaire.htm

L'industrie nucléaire française accumule les déconvenues depuis 40 ans : http://observ.nucleaire.free.fr/40ans-de-flop.htm

Comment on nous prépare à manger des produits contaminés en cas de catastrophe nucléaire en France? : http://observ.nucleaire.free.fr/La%20malbouffe%20radioactive.pdf

Simulation d'accident nucléaire en France, une tromperie : http://observ.nucleaire.free.fr/simul-grav.htm

Electricité RTE oublie les déchets nucléaires : http://observ.nucleaire.free.fr/rte-dechets-nucleaires.htm

L'Observatoire du nucléaire rend publics des documents "explosifs" sur le réacteur E.P.R : http://observ.nucleaire.free.fr/scoop-epr-explosif.htm




Sécheresse: une cellule de veille pour éviter la coupure d'électricité


PARIS - Le gouvernement vient d'annoncer la création d'une cellule de veille sur l'approvisionnement en électricité, alors que la sécheresse a d'ores et déjà fait chuter la production des barrages hydrauliques et qu'elle menace celle des centrales nucléaires.

Cette cellule rassemble les administrations compétentes en matière d'énergie ainsi que RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, a indiqué le ministère de l'Energie dans un communiqué.

Elle rendra compte au gouvernement de l'évolution de l'équilibre offre-demande d'électricité et proposera les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d'approvisionnement, a-t-il ajouté.

Le ministre Eric Besson réunira dans les prochains jours, l'ensemble des acteurs concernés pour faire un point complet de la situation.

Le ministère note en effet que la sécheresse en cours conduit à des débits inférieurs à la normale dans de nombreux cours d'eau, ce qui entraîne une diminution de la production hydroélectrique, et touche également les moyens nucléaires et thermiques qui sont refroidis par ces cours d'eau.

Alors que 47 départements sont concernés par des restrictions d'eau, la production des centrales hydrauliques a chuté de 29% en avril sur un an, tombant à son plus bas niveau depuis 1976 pour un mois d'avril, selon le dernier bilan mensuel de RTE.

En cumul depuis le 1er janvier, la production hydraulique est en baisse de 22,9% par rapport à 2010. Deuxième source d'électricité après le nucléaire, l'énergie hydraulique produit en temps normal environ 12% de l'électricité française.

Le problème est d'autant plus crucial que la consommation d'électricité a tendance à augmenter en été en raison du développement des systèmes de climatisation. Des pics de consommation sont alors observés vers 13H00 quand la chaleur est à son maximum.

RTE, qui est responsable de l'équilibre offre-demande d'électricité, doit publier dans les prochaines semaines son traditionnel bilan prévisionnel sur le passage de l'été.

Le gestionnaire de réseau sera particulièrement attentif au débit mais aussi à la température des cours d'eau. Pour leurs besoins en refroidissement, les centrales nucléaires pompent en effet de grandes quantités d'eau qu'elles rejettent plus chaude dans le cours des rivières.

En cas de températures trop élevées, les réacteurs peuvent donc se voir obliger, par la réglementation, de ralentir ou d'arrêter leur production afin de préserver la faune aquatique.

Des dispositions dérogatoires peuvent éventuellement être prises, lorsque cela est justifié, pour équilibrer l'offre et la demande d'électricité, précise toutefois le ministère.

En outre, en cas de pénurie, l'Hexagone peut importer de l'électricité produite dans les pays limitrophes de la France. Dans cette optique, l'arrêt des sept plus vieux réacteurs d'Allemagne à la suite de la catastrophe de Fukushima n'est pas une bonne nouvelle. L'Allemagne est en temps normal le premier fournisseur d'électricité de la France.

EDF se dit pour sa part vigilant et affirme se préparer à l'arrivée de l'été. La sécheresse que nous connaissons actuellement en France n'a aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur la fourniture d'électricité de nos clients, a affirmé une porte-parole à l'AFP.

Le groupe assure avoir tiré les enseignements des canicules de 2003 et de 2006 dans le cadre d'un plan aléas climatiques.

EDF a ainsi limité au maximum le nombre d'arrêts pour maintenance dans ses 14 réacteurs (sur 58) situés en bord de mer, afin de préserver la capacité de production de ces centrales qui ne sont pas affectées par la sécheresse.


(©AFP / 27 mai 2011 12h21)

Source : http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/05/secheresse-une-cellule-de-veille-pour.html




La centrale de Civaux gère l'eau au compte-gouttes

La Vienne approchait hier du débit de crise. A la centrale, on pense fonctionner normalement jusqu'à fin mai. Après ? C'est une question de météo.


Patrick Vaillant, ici devant les bâtiments qui accueillent en sous-sol les quatre réservoirs d'eau qui pourraient être utilisés en cas extrême.

Vigilance. C'est le mot qui vient à la bouche de Patrick Vaillant, directeur environnement à la centrale nucléaire, quand on lui parle du niveau de la Vienne. Il faut dire qu'à Lussac-les-Châteaux hier, dernier endroit où on relève le débit de la Vienne avant la centrale, on affichait un petit 14,5 m 3 à la seconde. Sachant que le débit seuil d'alerte est calé à 13 m 3 /s au même endroit, on peut dire que la situation commence à se compliquer... « 2011 est pour le moment l'année la plus sèche depuis 1952. Les débits à 13 ou 14 m 3 /s, on les a en juillet-août d'habitude », constate le directeur.
« On est en contact avec nos collègues de l'hydraulique chez EDF pour optimiser la ressource en eau. Ca veut dire qu'ils nous garantissent pour le moment, des débits minimaux en gérant les barrages. Et tant qu'on est à 14 m 3 /s on peut tourner normalement. »
Selon Patrick Vaillant, le fonctionnement à 100 % de la centrale de Civaux devrait pouvoir se prolonger jusqu'à la fin du mois de mai. Après ? « Je ne peux pas aller plus loin que ce que nous dit la météo ! Va-t-il pleuvoir ? Je n'en sais rien... »
Et si on venait à descendre sous le seuil des 13 m 3 /s ? « On commencerait par arrêter une tranche pour ralentir la production, ça nous ferait gagner 1 m 3 /s (l'équivalent de ce qui s'échappe d'une des deux cheminées). Mais si on passe sous le seuil d'alerte, nous ne sommes pas maître des décisions. Ce sont les Préfets de la Vienne et de la Haute-Vienne qui arbitrent les mesures à prendre »
Parmi les mesures envisageables justement, il y a bien sûr la baisse de régime. Voir l'arrêt total de l'activité de la centrale. « A l'arrêt, on a seulement besoin d'une petite quantité d'eau pour fonctionner. »

Une réserve d'eau avec le lac de Vassivière

Ensuite, il existe aussi une mesure de taille : l'utilisation de la réserve d'eau que constitue le lac de Vassivière et qui pourrait regonfler la Vienne. A trop en user, cela signifierait de mettre fin à la navigation touristique sur le lac... Et vraiment, en cas d'extrême sécheresse, s'il n'y avait plus d'eau du tout autour de la centrale, il y aurait la possibilité de puiser dans quatre réservoirs d'eau qui offrent 10 à 15 jours de refroidissement du site. « Mais il y a pas mal de solutions alternatives avant d'en arriver là. »

Et pour le moment, tout fonctionne normalement...

'' On est quasi-sûr qu'il faudra arrêter la centrale ''
Stéphane Lhomme est militant antinucléaire et suit l'activité de la centrale de Civaux de très près.

La centrale de Civaux est-elle en difficulté ?
« On est quasi-certain qu'il faudra l'arrêter et vite. Le débit de la Vienne est trop faible et même avec des orages, l'eau ne remontera que deux ou trois jours pour redescendre aussitôt. A la mi-mai, on est sur une situation identique à une fin de mois d'août. Et on a encore quatre mois à passer, à moins que l'été ne soit pourri... Et tout le monde sait qu'il n'y aurait jamais dû y avoir de centrale à cet endroit. C'était un caprice de René Monory alors que la rivière est très fragile et qu'elle a peu de débit. Le lac de Vassivière a été creusé pour aider à alimenter la Vienne mais on ne va pas le vider comme ça. »

Il existe des réservoirs d'eau à Civaux...

« Oui, et c'est déjà mieux que pour les quatre centrales de la Loire qui n'en ont pas. Mais il y a un risque réel de devoir l'arrêter malgré la présence des quatre réservoirs qui de toute façon, ne sont pas inépuisables. »

Quelles sont vos craintes ?

« On peut facilement arrêter une centrale en appuyant sur un bouton. Mais après, il faut des semaines pour refroidir le coeur du réacteur. Ce qui veut dire qu'il faut l'arrêter suffisamment tôt pour éviter une rupture de refroidissement et la fusion du coeur. Je ne voudrais pas que sous prétexte d'attendre une pluie potentielle, on prenne le moindre risque. Et en ce moment, on est pile à l'entrée du désert... »

le billet

Une petite pluie

Le climat qui régnait hier à la centrale de Civaux n'était pas franchement alarmiste. Le calme sous un soleil de plomb. Pourtant, le téléphone du directeur de l'environnement n'arrête pas de sonner. Les services de l'Etat, les services d'EDF... soucieux de discuter de ce bas débit qui fait souci, viennent régulièrement aux nouvelles.
Sans parler de ceux qui n'appellent pas. Les citoyens lambda qui craignent qu'on ne leur cache des choses, apeurés par le fantôme de la catastrophe de Fukushima.
En fait, pour rassurer tout le monde, il faudrait... qu'il pleuve. Pas un de ces gros orages qui fait gonfler la rivière pendant deux-trois jours avant de redescendre aussi sec. Pas besoin non plus que la pluie fine et longue tombe pile sur Civaux.
Plutôt sur le Limousin, pour grossir la Vienne juste avant d'arriver à la centrale.
En attendant cette pluie providentielle, à Civaux, on serre les dents.
En attendant...

la question

Que faire des eaux des effluents que la centrale ne peut plus rejeter, faute de débit suffisant ?
Pour que la centrale puisse rejeter les eaux des effluents, il faut que le débit de la rivière soit au minimum de 27 m 3 /s. « On ne les a plus aujourd'hui donc nous stockons ces eaux dans des réservoirs de stockage », indique-t-on à la centrale. En tout, il y a six réservoirs de 750 m 3 chacun. Généralement, ce stockage démarre en juin et se poursuit jusqu'en septembre-octobre. « Là, on a anticipé. Mais on a la capacité de tenir jusqu'en septembre ».

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/ACTUALITE/24-Heures/La-centrale-de-Civaux-gere-l-eau-au-compte-gouttes




La sécheresse affecte désormais tout le territoire français



Le gouvernement français a lancé mardi le processus d'indemnisation des exploitants affectés par la sécheresse dans le cadre du fonds national de garantie des calamités agricoles, a annoncé mardi Bruno Le Maire.

Le ministre de l'agriculture français a fait cette annonce après une réunion au ministère avec les représentants des organisations agricoles ainsi que des producteurs, des industriels et des distributeurs des filières animales. "La situation est grave pour les paysans français. Nous allons voulu agir rapidement et massivement", a-t-il dit lors d'une conférence de presse en estimant que la sécheresse affectait désormais tout le territoire français.



Les premiers arrêtés du fonds de garantie des calamités agricoles seront pris à partir du 12 juillet pour une indemnisation à partir du 15 septembre et le montant global sera de plusieurs centaines de millions d'euros, a-t-il précisé. "Penser qu'on s'en sortirait à 80 ou 100 millions d'euros serait naïf", a ajouté Bruno Le Maire, qui a une nouvelle fois exclu un impôt sécheresse comme celui levé en 1976.

Le ministre a par ailleurs déclaré que le Crédit agricole avait décidé de mettre 700 millions d'euros de prêts de trésorerie à la disposition des éleveurs. La priorité ira au transport ferroviaire pour le fourrage destiné aux éleveurs et une cellule logistique pour le transport des pailles a été mise en place, a-t-il poursuivi. Les assureurs ont aussi accepté d'étendre la garantie de responsabilité pour le transport, la manipulation et le stockage des pailles.

La France vit le printemps le plus chaud depuis au moins 1900, selon Météo France. Plus de la moitié des départements font l'objet d'un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau.


Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/05/31/l-etat-va-indemniser-les-exploitants-touches-par-la-secheresse_1529893_3244.html#ens_id=1518484&xtor=RSS-3208

Autres liens :


Le printemps 2011 est le plus chaud en France depuis "au moins 1900" : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/05/30/le-printemps-2011-est-le-plus-chaud-depuis-au-moins-1900_1529709_3244.html#ens_id=1518484

La météo contraint des éleveurs à abattre leurs bêtes
: http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/05/30/la-meteo-contraint-des-eleveurs-a-abattre-leurs-betes_1529280_3244.html#ens_id=1518484
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic sur les caprices de la météo en 2011

Message par geoff78 le 17/6/2011, 16:53

Un premier réacteur nucléaire mis à l’arrêt à cause de la sécheresse ?

La tranche numéro 2 de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) est à l’arrêt depuis la nuit dernière. Conséquence directe de la sécheresse selon l’Observatoire du nucléaire.
EDF dément et évoque un ajustement de la production à la demande d’électricité.
L’association persiste et prédit de graves problèmes d’approvisionnement en électricité cet été.



Avec Golfech (Tarn-et-Garonne), Civaux (Viennes) est l’un des sites de production nucléaire d’électricité les plus surveillés par l’Autorité de Sûreté nucléaire.
Comme toutes les centrales, Golfech et Civaux ont besoin de beaucoup d’eau pour refroidir leurs réacteurs. Mais plus que d’autres, ces deux unités sont situées dans des régions où les cours d’eau sont fortement impactés par la sécheresse qui sévit depuis trois mois en France.

Depuis la nuit dernière, la tranche numéro 2 de Civaux est l’arrêt. Selon EDF, il s’agit "d’optimiser la moindre demande de consommation d’électricité".
"Mais il est bien curieux que, sur 58 réacteurs français, ce soit justement un des deux réacteurs de Civaux qui soit ainsi déconnecté", relève l’Observatoire du nucléaire dans un communiqué : http://www.france-info.com/IMG/pdf/Secheresse_Observatoire.pdf

Débit critique

Selon l’association anti-nucléaire, le débit de la Vienne – qui pourrait passer sous le seuil d’alerte des 10 m3/s – a nécessité cette première mise en sécurité de réacteur nucléaire. Ce seuil des 10 m3/s correspondant justement à la limite en deçà de laquelle EDF est tenue d’arrêter un réacteur à Civaux, affirme l’Observatoire.

Avec la sécheresse qui persiste, l’arrêt d’une tranche à Civaux pourrait n’être que la première d’une série de décisions identiques.
L’arrêt d’autres tranches, au nom de la sûreté des installations, pourrait alors entraîner de graves problèmes d’approvisionnement en électricité dans les prochaines semaines, prédit l’Observatoire du nucléaire.
La France dépend à 82% de son parc de 19 centrales. Sur les 58 réacteurs, 44 sont situés sur des cours d’eau douce, 14 seulement en bord de mer.

Source : http://www.france-info.com/france-regions-2011-06-02-un-premier-reacteur-nucleaire-mis-a-l-arret-a-cause-de-la-secheresse-540742-9-13.html




Le président de la FNSEA demande le soutien de l'armée : http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/02/le-president-de-la-fnsea-demande-le-soutien-de-l-armee_1530906_3244.html#ens_id=1518484&xtor=RSS-3208


Sécheresse : Toute la France sera concernée par les restrictions d'eau

Le pays a soif


Si des pluies sont enfin tombées sur plusieurs régions ce week-end, soixante départements français sont toujours soumis à des restrictions d'eau. Et selon la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, ce sont dans quelques semaines tous les départements qui devront limiter leur consommation.



Si aujourd'hui soixante départements sont soumis à des restrictions d'eau, vingt-quatre d'entre eux étant placés au niveau d'alerte le plus élevé, toute la France pourrait être concernée dans les semaines à venir. Interrogée sur France 2, la ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet estime en effet que d'ici peu, les restrictions pourront "toucher tout le monde" à travers le pays. "Évidemment, on essaie de préserver les usages d'eau potable et les usages de santé, mais tous les usages économiques sont potentiellement concernés, ainsi que les usages de loisirs" a précisé NKM.

D'après Météo France, le printemps 2011 est le plus chaud jamais connu depuis 1900, et le plus sec au cours des cinquante dernières années. Pour faire face à cette situation, une limitation de la consommation d'eau est une "exigence" a insisté la ministre. Appelant à cesser le "gâchis", NKM a notamment évoqué l'état des réseaux d'eau potable du pays. "Aujourd'hui on a des réseaux d'eau potable qui pour certains sont de grande qualité", a expliqué la ministre, mais à l'inverse "on en a c'est plus de 50% de fuite", a-t-elle déploré. La ministre rappelle alors que le Grenelle II prévoit la remise en état de tous les réseaux "trop fuyards". Nathalie Kosciusko-Morizet a en outre évoqué sa volonté de voir la consommation d'eau du pays réduite de 20% d'ici à 2020. Un objectif qui passera notamment par une meilleure gestion de l'irrigation et une meilleure réutilisation des eaux usées.


Source : http://www.maxisciences.com/s%E9cheresse/secheresse-tout-le-pays-sera-concerne-par-des-restrictions-d-039-eau_art15051.html


avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic sur les caprices de la météo en 2011

Message par geoff78 le 20/6/2011, 14:13

Sécheresse : 79% des nappes phréatiques en déficit



Si la pluie a fait son tant attendu retour dans plusieurs régions, elle ne suffit pas aux nappes phréatiques qui sont aujourd'hui 79% à être en situation de déficit. A la fin du mois d'avril, un niveau inférieur à la normale était enregistré dans 68% des nappes.

Le Bureau de recherches géologiques et minières vient de publier son dernier rapport sur l'état des nappes phréatiques du pays. Si la pluie a fait son retour dans plusieurs régions depuis le début du mois de juin, ce sont aujourd'hui près de huit nappes sur dix qui se trouvent en situation de déficit. C’est notamment le cas de la plus grande partie du Bassin parisien et de plusieurs grands aquifères du sud-ouest. Seules les régions du sud-est du pays affichaient au 1er juin un niveau favorable.

Avec des précipitations qui n'ont que rarement dépassé trente millimètres en plaine, le mois de mai 2011 fut selon le rapport du BRGM le plus sec depuis les cinquante dernières années. Une pluviométrie déficitaire a été observée sur l’essentiel du pays avec un déficit qui a dépassé 75% dans en Poitou-Charentes, dans les Pays de la Loire, dans le Nord-Pas-de-Calais comme dans l'ouest de la Corse et de la Provence.

A ce jour, des mesures de restriction d'eau sont imposées dans 59 départements, tandis que onze sont placés en vigilance. Face à cette situation, des mesures ont été prises par le gouvernement pour venir en aide aux agriculteurs. Si l'instauration d'un impôt sécheresse, comme ce fut le cas en 1976, est pour l'instant exclue, des indemnités devraient être versées dès le mois de septembre aux éleveurs et cultivateurs afin de compenser leurs pertes.


Source : http://www.maxisciences.com/s%e9cheresse/secheresse-79-des-nappes-phreatiques-en-deficit_art15263.html
avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Topic sur les caprices de la météo en 2011

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum