De la nature des liens entre agences de notation et gouvernants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la nature des liens entre agences de notation et gouvernants ?

Message par geoff78 le 18/12/2011, 19:02

De la nature des liens entre agences de notation et gouvernants ?


La France est en passe de perdre son triple A dans les heures ou jours qui viennent. Dix-sept autres pays de la zone euro sont dans la même charrette et ce, aujourd'hui dans la plus dédaigneuse des attitudes du pouvoir en place. Et pourtant, c'est bel et bien sur ce cheval de bataille aussi, que les plans de rigueur ont été ficelés.

D'où cette question : Y a-t-il complicité entre les agences de notation et les gouvernants ?

Depuis vendredi dernier, l'on sait que l'agence de notation Fitch Ratings a abaissé la perspective sur la note de crédit française AAA vers la négative, alors qu'elle était notée stable auparavant. Je ne vais pas épiloguer sur cette décision, d'autres phénomènes plus inquiétants tournent autour de ce manège orchestré par les agences de notation.

"Sarkozy a élevé à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur le principal actionnaire de Firch Ratings"

Elles sont au nombre trois et à elles seules décident de la note à attribuer à un pays et donc du taux d'emprunt auquel le pays visé, devra rembourser sa dette. Tout cela est classique et bien connu de tout le monde désormais.

Ce qui l'est beaucoup moins en revanche, ce sont les relations qu'entretiennent ces agences avec nos chefs d'État.

Si je prends le simple exemple de Fitch Ratings ; son actionnaire principal n'est autre que Marc Ladreit de Lacharrière. Ce nom ne vous dit rien de plus qu'à moi et pourtant...

Avec l'accord de ses ministres, Nicolas Sarkozy, a élèvé à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur le principal actionnaire de Firch Ratings, Mr Ladreit de Lacharrière, le 1er janvier dernier.

Étrange non ?

Parmi ses autres activités, ce monsieur est notamment administrateur du groupe Casino, de L'Oréal, de Renault et membre du Conseil consultatif de la Banque de France depuis 19972. Sa fiche Wikipédia est trop bardée d'appartenances pour pouvoir les nommer ici.

Tandis que Nicolas Sarkozy, sort des plans d'austérité à la pelle avec les conséquences que l'on sait pour la consommation et la croissance, Marc Ladreit de Lacharrière planqué derrière l'agence Fitch Ratings, dont il détient 60 % des parts, dégrade la France afin d'accroître le désastre.

J'ai donc d'énormes difficultés à comprendre les intentions de cet homme, actionnaire dans un grand nombre d'entreprises françaises.

Pourquoi bombarder ainsi son propre pays ?

Mais, c'est peut-être à cet endroit qu'intervient le futur système oligarchique financier mondial. Ce nouvel ordre qui semble se dessiner dans les années qui viennent. Lorsque tous les pays auront perdu leur triple A, l'on accusera alors les agences de notation qui entre parenthèses, n'auront fait que leur boulot. Les marchés boursiers descendront alors de leur piédestal, actions et titres ne vaudront plus que tripette.

Le banquier américain, James Paul Warburg, dans un discours prononcé au Sénat le 7 février 1950 déclarait Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non. La seule question est à savoir si le Gouvernement Mondial sera instauré par l'adhésion ou par la conquête.

Visiblement, dans cette prospective, la conquête serait le modèle choisit. Maintenant que le piège de la dette est ouvert, les citoyens du monde vont allègrement plonger dans la misère.

Le dessein du nouvel ordre mondial sera tel qu'il n'y aura plus demain de classes moyennes qui font encore tampon entre les grosses fortunes et les imposantes misères.

Il y aura d'un côté les très riches et de l'autre, les pauvres.

Bien évidemment, cela n'est absolument pas un scoop. Je suis intimement persuadé que dans l'undergroud, politique, la chose est connue. Bien évidemment aussi, les deux autres agences de notation que sont Moody's et Standard & Poor's, possèdent des liens très étroits avec les pouvoirs.

Ces grandes familles sont historiquement liées et possèdent des ramifications communes dans les grandes banques américaines et dans des entreprises internationales, dans le seul but de prospérer entre-elles. C'est donc là, que j'en reviens à l'oligarchie financière.

Dans cet étau, quelles sont alors les solutions ?


Source : http://www.yann-savidan.com/2011/12/y-a-t-il-complicité-entre-les-agences-de-notation-et-les-gouvernants-.html


Zorro est arrivé, il s'appelle Fitch et une simple perspective négative ! mais on emprunte à un taux correspondant à une note dégradée ? alors la note ! c'est du pipeau !

Mais qui est Fitch ? ....un holding français Fimalac dont le principal actionnaire est M. Marc Ladreit de Lacharrière. (du made in France, oui Monsieur, décoré de la légion d'honneur en début d'année, par Nicolas en personne)
Certainement encore un copain du Fouquet' s .... moi je vous le dit ça sens l' enfumage de première classe !

En conclusion : On a gardé la bonne note, on a sauvé les apparences, il va pouvoir se présenter ..... mais ils vont payer .... payer.... payer ...





L'agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé ce soir à "négative" la note de la dette à long terme de la France, tout en maintenant la note de "AAA", la meilleure possible. Une annonce qui intervient alors que l'INSEE a annoncé une période de récession d'ici au 1er trimestre 2012.




Agences de notation, 20 sur 20 ?



Les agences de notation sont des entreprises privées. Leur rôle est d’évaluer “le risque de solvabilité” des emprunteurs. Emprunteurs qui peuvent être des firmes, des collectivités locales ou des Etats. En gros, elles nous disent si un tel va pouvoir rembourser ses dettes ou pas. C’est ce que certains appellent la “qualité de signature”. Les notes vont de A à D (comme en CM2 avec la récitation de poésie devant tout le monde (vous me suivez?)) avec des intermédiaires. Pour voir tous les détails sur la notation, rendez-vous sur abcbourse.com.

A quoi servent-elles ?

A rien !

Non désolé c’était trop tentant. Plus sérieusement, il existe des mecs que ça intéresse et qui sont très attentifs aux notes données. Bon, la plupart des gens n’en n’ont que faire mais le problème, c’est que ce sont ces types là qui peuvent décider si c’est la crise ou pas. En fait, plus un Etat aura une bonne note, plus il trouvera d’autres emprunts intéressant avec taux d’intérêts faibles. L’inverse fonctionne évidemment de la même manière.

La question de leur indépendance

Depuis les années 1970, les agences de notation ont mis en place un systême émetteur-payeur pour être payées, c’est à dire que si par exemple la France veut connaitre sa note, c’est elle qui va payer Moody’s ou Standard & Poors, l’agence devient alors employée par un Etat. La question de leur indépendance est donc de mise. Ces deux agences représentent à elles seuls 87 % de l’activité de notation à l’échelle mondiale, le plus souvent pour des Etats. L’entreprise privée est presque totalement devenu une institution et entretenu par les pouvoirs public. Il y a comme un bug dans l’air.


Source : http://clementrohee.wordpress.com/2011/12/15/agences-de-notation/







avatar
geoff78
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum